07 novembre 2007

Sur les 15 ans d'Ecosy (II)


Suite des opérations, voici la contribution d'Antonio Gambini, ancien Bureau Member d'Ecosy représentant le MJS - et aujourd'hui assistant parlementaire de Benoit Hammon, député européen socialiste français.


A few reflections

Antonio Gambini, ECOSY bureau member, 1999-2003


I am grateful for this opportunity to contribute to ECOSY's debate by sharing a few reflections with the readers of this book commemorating the 15th anniversary of ECOSY.

What impressed me the most when I joined ECOSY bureau, with comrades such as Anders Lindberg, Luke Akehurst, Pierre-Antoine Molina, Alexandra Kramm, Federica Mogherini and Enzo Amendola, to name but a few, was the very high level of the political debate. In a later life, hearing debates in "higher" circles of the European socialist and social democratic family, such as the PES Group in the European Parliament, I have, quite frankly, never been that impressed.

At that time, the most lively debated issues were European federalism, European defence, "society issues" (drugs mainly) and of course enlargement.

But today another range of issues have emerged powerfully. Issues such as purchasing power, linked to stagnant wages and increase in prices of basic necessities (housing, energy, food, healthcare), or the organisation of the "labour market" (as they say), linked with flex-security. This should be a welcomed development for us, as these concerns are, historically, our "speciality". However, electoral campaign after electoral campaign, we seem to lose ground, not only to our traditional conservative and liberal opponents, but also, in a few cases, to political forces on our left.

The role of a socialist political youth movement, and its contribution to the overall family, should also be that of breaking new ground in terms of ideas. Other comrades have to run governments, ensure visibility of a message in the media, organise electoral machines.

Now more than ever, the European socialist and social democratic family needs the input of the young European socialist movement, able to overcome gridlock by majority voting, ambitious enough to tackle the challenges of the day and courageous enough to convince and campaign despite the scepticism of party leaderships.

Sur les 15 ans d'Ecosy


Dans 2 semaines, ECOSY célèbrera son 15ème anniversaire sur le site qui l'a vu naître, à La Haye. (Si vous voulez y assister, il n'est pas définitivement trop tard mais il est vraiment plus que temps, faites vous connaitre au secrétariat du MJS - 02/512.12.18)

En avant-première mondiale de la publication qui marquera cet évènement, je vous livre les contributions de deux figures historiques d'ECOSY et du MJS Belge.

La première est celle de Yonnec Polet, ancien secrétaire général des jeunes socialistes européens et aujourd'hui conseiller politique du Parti des Socialistes Européens.

On the road to an enlarged organisation with higher ambitions
Yonnec Polet, Secretary General, 1999-2001 and 2001-2003


Bureau member, Vice President and twice Secretary general; no surprise that ECOSY played an important role in my life. Being involved in ECOSY, you always remember the excitement of working and sharing political adventures with people from all over the continent. ECOSY is a political experience but it is also a living experience. I do not know any group where you can have so much fun while at the same time having so many interesting discussions, campaigns and common struggles. I have met many interesting people and I have been enriched by all these encounters. I would like in particular to mention Hugues Nancy and Jan Krims, both Presidents during my mandates, and also Philip Cordery and Pau Solanilla, my predecessors, for their precious cooperation. ECOSY could not have been that dynamic without Frida Lopez, who contributed greatly in the organisation‘s work.

The period 1999-2003 was a very interesting political time and the existence of ECOSY goes alongside the evolution of the European integration process. Europe and Social democracy were sailing through new horizons. In 1997, most of our parties came to power, with a number of unprecedented victories described as the pink wave. Unfortunately, the centre-left majority did not take advantage of the situation. The period of dominance for progressive governments did not last for long; the right wing parties quickly developed strong rhetoric while also playing with people’s fears, migration, insecurity and terrorism in the lead. Conservative thinking conquered public opinion and, except for a few exceptions, the pendulum leant to the right. The end of the 90s triggered extensive talks about this new period of historical importance. It was a moment of reflection for the Future of Europe and a decisive time for the European integration project. Looking back, I believe ECOSY adopted the correct political approach at that time.

With the upcoming European Enlargement, we were denouncing the two trends threatening the EU project: First, a less solidaristic EU where the motto “I want my money back” and the “juste retour” that undermined solidarity between countries and people; Second, the risk of a paralysed EU, incapable of overcoming its political divergences as the number of member states was about to increase dramatically. The convergence of these two trends prevented the EU from adopting the correct strategies towards the harnessing of globalisation. This dynamic increased the fears of the EU citizens in relation to their ability to compete on a global market as well as the impact of Eastern European workers, perceived as weakening further their standing in the EU labour market. This was the time when the EU should have given a clear signal on the irremissibility of the three European integration equal pillars: Economic growth, social progress, democratic culture. As good as it was, the Lisbon strategy did not answer our citizens concerns. The slogan of the 5th Congress in Vienna in 2001 “Europe for the people not for profit” made clear Europe’s obligation to take people’s concerns into account. In that sense, ECOSY was vocal during the Youth Convention in 2002, in the run up to the drafting of the new European Constitution, for its insistence on raising the issue of a Social Europe. Unfortunately the President of the Convention did not consider the youth demands. The referendum in France and in the Netherlands demonstrated that the European Social model needed the guarantees that a Social Treaty could have provided.

How did the period of EU enlargement affect ECOSY’s development? It was the time of ECOSY’s own enlargement; a positive move to integrate new member organisations from Central and Eastern countries, giving more credibility and legitimacy to the organisation. We had launched a successful Working group, which laid strong foundations for the subsequent enlargement of ECOSY.. I should also mention that the former debate between tenants of ECOSY and of the European section of IUSY was vanishing, with a consensual view of the relevancy of ECOSY. At that time, the PES did not follow our request of enlarging itself to Central and Eastern parties. I believe it was a mistake, as it would have accelerated their preparation for EU admission and their ability to take up challenges before their citizens. Today, the PES member parties are going trough difficult moments in the “New Europe”. It might be a point of reflection regarding an early integration of parties and youth organisations from the Western Balkans.

In these four years, ECOSY doubled the number of member organisations and of events, and more than tripled the number of participants to its events. It was a period of innovation: the first Leaders Conference (in Brussels), the first Winter University (In Werptfhul), the first large Conference between Congress (in Arnhem), the first event in the Balkans (in Belgrade), the first Euro-Arab Dialogue (in Beirut with IUSY), and the first summer camp with more than a thousand participants (in Attersee). What a growth! It was also a period of solid cooperation with IUSY’s Presidents Umberto Gentiloni and Alvaro Elizalde and Secretary Generals Lisa Pelling and Enzo Amendola on different matters; delegations in the Middle East, our relations with social movements, papers on the rise of far right movements and involvement in the Western Balkans. ECOSY and IUSY have a mutual interest in such synergies which consolidate the social democratic youth movement.

This period of positive transformation had consequences on the functioning of ECOSY and, later on, its political orientation. I always considered that one achievement of ECOSY is the feeling of ownership of each member organisation. The principle of equal representation of member organisations, although not perfectly democratic in terms of membership size, is a guarantee to give space to smaller organisations. The debate at that time on amending the statutes was difficult as the member organisations were divided regarding the accuracy of changing this very fundamental characteristic of the organisation. Let us add that ECOSY’s great asset relies upon its majority voting system, which has contributed to the creation of real political debates in the organisation as well as to the adoption of visionary positioning. .

One must also underline the change in ECOSY’s political orientation. European social democracy was nurtured by the debate on the Third way and the reform of social-democratic thinking. If that debate in itself, between pros and contras, was not on the agenda, the organisation saw a shift in terms of political leadership. It was not only the reflection of an enlarged organisation but of the political orientation within our mother parties.

If ECOSY did not enter the debate regarding the Third way, it made a clear decision to debate with the new social movements for another globalisation. Our presence together with IUSY in Porto Alegre (tens of young socialists), Firenze (a thousand ECOSY people) and other Social Forums paved the way for the participation of the social democratic family. Points of divergence with the PES emerged at times but today we can gladly observe that the Global Progressive Forum is member of the International Council of the WSF. Today, the World Social Forum has lost its dynamism but we should not undermine the role it played and its potential. We have been amazed by the number of young people attending the European Social Forum of Paris, London and Athens. ECOSY has a role to play in fostering convergence among progressive people and promoting our ideas in these forums.

Being present in these forums is also a way to increase the visibility of ECOSY. I must confess that it was always difficult to reach large audiences and mainstream media. Organising campaigns, in other occasions than those of European elections, was a breakthrough in this regard. The objective was to pass our message and to reach new people: “Education is our future”; “Fighting social injustice”; “Enlarged Europe”. It was one more means to advance on the way to an ever-integrated organisation.

At the end of the day, our objectives are simple: influencing EU politics and getting more people on board. Were we successful? We have put a lot of effort to influence the PES and the PES Group. We have not always achieved our objectives, yet this is the best way for ECOSY to be influential: raising awareness, stimulating raising discussion and contributing to the drafting of documents.

ECOSY will benefit from a generational process: more and more ECOSY veterans will achieve high functions in their respective parties. This will help the organisation grow. Already today, several MEPs have a background in ECOSY. It is now the responsibility of the current generation to use this network profitably.

Concerning reaching new audiences, ECOSY has always had the inherent problem of international organisations: Being the business of a small group of people, far away from the interest of the leaders, distant from the members. ECOSY should always pay attention not to fall in that trap. As ECOSY takes its strength from its member organisations and from its grassroots members, a good combination of the two must be the objective. Involving leaders is as important as reaching the grass roots. The question of individual membership was not further developed because of obstacles in terms of implementation. Was that a missed opportunity? Time will tell, but in the era of mass communication, all means of involvement should be envisaged.

Mandate after mandate, the same issues are faced; visibility, influence, front runner in thinking and acting. It is the destiny of each political movement. I am confident that you will demonstrate that European Young socialists are ready to take up the challenge and promote our ideas. I am proud to observe that ECOSY is growing steadily and got recognised as a credible interlocutor in the European Social democratic family and outside, in the European Youth Forum, with European organisations and in the World and European Social Forum (with the GPYF).

ECOSY is a great tool for progressive young people, with great achievements we can be proud of. It has always been a front runner in European policy: integrated, innovative, democratic. Let’s continue the adventure started in 1992: Europe needs a strong voice for young people! Europe needs ECOSY!

22 octobre 2007

Guy Môquet, texte alternatif.

C'est aujourd'hui que l'omniprésident Sarkozy a décidé de faire lire en classe la lettre de Guy Môquet à ses parents.

Pour rappel, Guy Môquet était un militant communiste, arrêté par la Gestapo et fusillé. Le Président français se garde bien de mettre en avant les opinions politiques de Môquet pour ne plus faire de lui qu'une sorte d'icône éthérée incarnant le fantasme d'une France résistante dépolitisée.


Si vous tenez à lire du Môquet aujourd'hui, je vous invite à plutôt vous pencher sur ce poème (en cours de rédaction par lui) confisqué le jour de son arrestation et qui, si on en peut pas parler de grande littérature, remet en tout cas la Maison du Peuple au milieu du village!


Tuer le Capitalisme.


Parmi ceux qui sont en prison

Se trouvent nos 3 camarades

Berselli, Planquette et Simon

Qui vont passer des jours maussades


Vous êtes tous trois enfermés

Mais Patience, prenez courage

Vous serez bientôt libérés

Par tous vos frères d’esclavage


Les traïtres de notre pays

Ces agents du capitalisme

Nous les chasserons hors d’ici

Pour instaurer le socialisme


Main dans la main Révolution

Pour que vainque le communisme

Pour vous sortitr de la prison

Pour tuer le capitalisme


Ils se sont sacrifiés pour nous

Par leur action libératrice



28 septembre 2007

I want to ride my bicycle!


I was thinking of a post on the mobility week in Brussels. But this piece of very distantly related information seems quite a lot more useful.

People, Workers and Union often feel completely helpless when comes the announcement of delocalisations. The factory is to close down, and the only thing you can still fight for is a decent compensation or the activation of public funds to help you out of the labour market (early retirement schemes, etc...) or to recycle into a new job.

But if one or the other was to advance the idea to get the production running again on a self-organised pattern, he would more often than not hear comments like "this is not Argentina, this is not an option". Well, it would seem that some people in Germany know better.

When the owners of Bike System GmbH, Nordhausen (Thuringen), decided to shut down the iron curtain on their production line, the workers decided to pick it up and to organise the production and distribution of their own "strike bike". If they manage to have 1800 of those ordered by october the 2nd, they will not only secure the survival of their jobs. They will also show that other organisation of the labour market is actually possible, even in our post modern west.

If you have any say in any kind of organisation with access to some financial ressources (especially in Germany), help them out, and bike your way to socialism: each bike costs 275 euros only... All the details and procedures are here

26 septembre 2007

Update Birmanie

Sans doute déjà plus une nouvelle pour beaucoup d'entre vous - mais voici une dépeche AFP sur les derniers évenements en Birmanie. Montrez votre soutien et votre solidarité : écrivez aux représentants du gouvernement birman en Belgique et à Karel de Gucht!

RANGOUN (AFP) - La junte en Birmanie a commencé mercredi à réprimer le mouvement de protestation mené par des bonzes contre le régime militaire, faisant charger des dizaines de milliers de manifestants à Rangoun où au moins quatre personnes -un civil et trois moines- ont été tuées et cent blessées.

Trois autres civils ont été blessés par des balles tirées par les forces de sécurité, a indiqué à l'AFP un responsable hospitalier. Parmi ceux-ci figure une femme atteinte à la poitrine.
Dans des incidents distincts avec les militaires et policiers, au moins trois moines bouddhistes ont été tués, selon un responsable birman ayant requis l'anonymat.
Un bonze a été tué par un coup de feu alors qu'il tentait de désarmer un soldat et deux autres religieux ont été battus à mort, a dit cette source.
Un second responsable a précisé que les incidents avec des bonzes s'étaient notamment produits près de la célèbre pagode Shwedagon, point de ralliement des moines qui ont pris la tête de défilés quotidiens contre la junte depuis le 18 septembre à Rangoun.
Une centaine de manifestants, dont la moitié de bonzes, ont aussi été blessés, selon des témoins.
Par ailleurs, quelque 200 personnes ont été arrêtées, selon ces sources.
Parmi celles-ci se trouvent au moins une centaine de moines, selon un diplomate étranger.
Le Conseil de sécurité de l'ONU a été convoqué d'urgence pour des consultations sur la Birmanie mercredi à 15H00 (19H00 GMT), a annoncé à New York le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, dont le pays assure ce mois-ci la présidence tournante du Conseil.
D'autres pays ont fait part de leur sérieuse préoccupation.
Le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis 2003, a déclaré que le régime militaire avait commis "une faute irréparable" au regard de l'Histoire, en chargeant des manifestants pacifiques, dont des bonzes.
Les premiers incidents ont été signalés vers 12H00 locales (05H30 GMT), lorsques les forces de sécurité ont chargé quelque 700 personnes, principalement des étudiants mais aussi des bonzes, qui commençaient à se rassembler non loin de la pagode Shwedagon. Les manifestants ont été frappés indistinctement à coups de matraque.
Un peu plus tard, dans le quartier de la pagode Sule, des policiers et des soldats ont tiré en l'air et ont fait usage de gaz lacrymogène, alors que des milliers de civils ovationnaient un millier de moines qui arrivaient, selon des témoins.
Les policiers et les militaires présents ont alors procédé à des tirs de sommation.
"Ils insultent même notre religion et nos moines", a protesté un quinquagénaire en s'enfuyant à l'écart des nuages de gaz lacrymogène.
Une heure plus tard, des dizaines de milliers de personnes, dont des bonzes, se regroupaient ailleurs dans le centre-ville, tandis que des tirs de sommation retentissaient dans d'autres quartiers, selon des témoins.
Confrontés à une montée en puissance des manifestations menées par des moines bouddhistes - 100.000 personnes sont descendues dans les rues respectivement lundi et mardi -, les généraux ont profité de la nuit de mardi à mercredi pour annoncer par haut-parleur un couvre-feu entre 21H00 à 05H00 locales (14H30 à 22H30 GMT).
La première ville de Birmanie a aussi été placée sous un régime d'accès restreint, un statut spécial ressemblant à l'état d'urgence. Mandalay, deuxième ville du pays située dans le centre, a fait l'objet des mêmes restrictions.
Plus tard dans la nuit, deux personnalités soutenant le mouvement de protestation, Zaganar, le plus célèbre des comiques birmans, et Win Naing, un homme politique modéré ont été arrêtées à leur domicile, selon leurs proches.
Ces deux personnalités avaient été vues ces derniers jours à Rangoun en train d'offrir de la nourriture et de l'eau aux moines qui défilaient.
Le mouvement de protestation avait débuté le 19 août par des opposants après une augmentation massive des prix.

Burmese Days II: action à Bruxelles

Rassemblement les mercredi 26, jeudi 27, vendredi 28, et surtout samedi 29 septembre à midi pour soutenir les Birmans
Bruxelles, place de la Liberté de 12h00 à 13h00
La Belgique doit utiliser sa présence au Conseil de Sécurité des Nations Unies pour soutenir les manifestants birmans. Venez manifester pour appeler Guy Verhofstadt et Karl De Gucht à agir à New-York de toute urgence. Portez un vêtement ou accessoire jaune (fleur, foulard...), couleur symbole des démocrates birmans.
Actions Birmanie demande :
1. Une réunion urgente du Conseil de sécurité, qui doit réclamer la libération et la sécurité d'Aung San Suu Kyi.
2. Une rencontre officielle entre M. Verhofstadt et M. Sein Win, premier ministre du Gouvernement démocratique birman en exil, pour envoyer un signal clair de collaboration avec les vrais représentants du peuple birman.
3. Le départ immédiat à Rangoon de M. Gambari, Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU, pour négocier une transition démocratique avec les généraux.

12 septembre 2007

Pas de liberté pour les ennemis de la Liberté!



Si Nicolas se prend pour Robespierre* et Rémi pour Casanova, moi qui reste le plus fier, je me prends avant tout pour moi. Mais quand je lis ce que je lis, je n'ai pas de souci à mettre mon orgueil de coté et à me la jouer Saint Just.

Résumé des épisodes précédents: une plateforme européenne qui regroupe tous ce que l'Union compte de dingues fascisants décide de lancer une manifestation contre "l'islamisation de l'Europe". Le 11 septembre, histoire de ne pas faire dans l'amalgame de mauvais goût. Non c'est vrai sans blague, ils auraient aussi pu choisir le jour de l'assassinat de Théo Van Gogh ou celui de l'indépendance de l'Algérie mais apparemment, non, le 11 septembre, ce devait être plus neutre, sans doute. Inutile de préciser que le mot d'ordre fait le tour de l'Europe nazillonne et que les blokkers se voyaient déjà défiler main dans la main avec blood&honour et autres mononeuronés du même tonneau.

Bref, le sang du Bourgmestre de Bruxelles n'a fait qu'un tour, et c'est bien logiquement qu'il a dit: pas de ça chez moi! Donc, la manif est interdite. Sauf qu'un facho normalement constitué, quand ça a déjà réservé son billet de train, ça ne s'arrête pas à une interdiction. Et voila que ces guignols maintiennent leur promenade avec drapeaux, bottes cloutées et casques à pointe. (Ah non, c'est vrai, pas les casques à pointe, qu'ils ont dit dans l'invitation.) Et que deux leaders de l'extrême droite flamande se débrouillent pour se jeter dans les pieds de la police sous le regard avide des photographes venus spécialement pour ça.

Mais alors ce qui me tue, c'est le tir de barrage auquel on a droit aujourd'hui dans la presse néerlandophone et dans la blogosphère belge.

Deux grands axes:
1. "Pour la première fois en vingt ans le VB recule, c'est pas malin de lui donner de nouveau l'occasion de jouer les martyrs". Avec en corolaire toute une série de déclinaison du thème "ils sont quand même cons, ces socialistes wallons (lisez francophones), qui ne comprennent rien à la façon de combatrte l'extrême droite".
2. "les vierges effarouchées" qui revendiquent le droit absolu à l'expression de toutes les opinions, aussi répugnantes soient-elles, au nom de la démocratie. Et qui pour un peu laisseraient entendre qu'interdire aujourd'hui les fachos, c'est ouvrir la porte à interdire demain toute forme de contestation.

A lire les deux positions, j'ai l'impression qu'on n'a pas avancé d'un pas dans la prise de conscience du problème "extrême-droite".
Aux uns, il faudrait tout de même signaler que le VB a peut-être arrêté de progresser et a même légèrement reculé lors de ce scrutin. Mais il n'avait pas abandonné sa posture de victime avant d'enregistrer ce revers. Pendant un temps qui parait infini, les médias nordistes ont donné aux fachos du VB la légitimité de n'importe quelle formation politique. En lui ouvrant ses colonnes et ses antennes. Résultat? Le VB reste le deuxième parti en Flandres. Un martyre que personne ne relaye ou n'écoute, ça ne va pas bien loin... "Wat we eigen doen, doen we best"? Voire...

Aux autres, je me reconnais dans la position de principe. Mais arrêtons de rire. Dans les années 30, les pacifistes et une partie des libertaires ont raté le rendez-vous avec l'anti-fascisme à cause de cette position. Philosophiquement c'est très bien. Mais on n'en est plus là.

C'est l'honneur d'une démocratie de laisser la parole à ses critiques les plus durs. Mais c'est son devoir et sa raison d'être de défendre les droits de tous ses citoyens. Alors l'interdiction de l'incitation à la haine raciale, sous quelque forme que ce soit, c'est une mesure de salubrité publique. Les actes de violence ne tombent pas du ciel. Ils sont aussi le résultat d'une propagande déterminée. Les mots tuent. Ils ont un pouvoir (en tout cas j'espère, sinon je me demande pourquoi je me casse la tête à pondre des articles ici...).

Attention, je ne dis pas que la l'interdiction est une fin en soi. La lutte anti-fa, elle passe aussi par les luttes sociales. Par la démocratie socio-économique. Par un travail d'éducation, d'information, de conviction permanent.
Mais quelle est la réalité aujourd'hui? La réalité c'est qu'un des leaders d'un cartel, assis à la table des négotiations gouvernementales, peut dire à la presse "M. Machin parle peut-être néerlandais mais ça ne suffit pas à en faire un Flamand". Schild en Vriend, ça ne suffit plus. Qu'est-ce qu'il lui faut? Que M. Machin lui prouve que ses grand-parents sont tous nés à Turnhout? Qu'il est supporter du Club de Bruges de père en fils depuis dix générations? Il doit être capable de boire 5 Duvel d'un coup tout en chantant le Vlaamse Leeuw debout sur un pied au sommet de la tour de l'Yser?
La réalité c'est que les thèses d'extrême droite s'installent tranquillou dans les discours des partis traditionnels. Et qu'il est plus que temps de dire "stop!"

Voila, je vais passer pour un pragmatique ou pour un vieux stal' (par quoi il faut passer, j'vous jure). Mais aux Voltaires du jour, "qui ne sont pas d'accord avec ce que vous dites mais qui sont prêts à donner leur vie pour que vous puissiez le dire" mon message est simple. Si ceux d'en face gagnent la partie, pas de souci. Des occasions de donner votre vie, vous n'en manquerez plus.

A plus d'une reprise, je me suis retrouvé du mauvais coté des matraques. Et ce n'est pas celui de la poignée. Je me doute bien que ça m'arrivera encore, au vu du durcissement des répressions des mouvements sociaux. Mais faut pas tout confondre: je ne vais pas aller dire qu'on devrait laisser les fachos marcher au pas dans les rues pour autant. Je refuse de me faire leur complice, à quelque titre que ce soit.
Je suis pour un anti-fascisme radical. Pour la pitié ou les grands sentiments, on attendra d'avoir gagné.


*Encore qu'avec son histoire de se mordre les dents, il hésite entre Whitman et Freud...

11 septembre 2007

Ce sont toujours les meilleurs qui s'en vont...


Ce blog va finir par ressembler à une longue rubrique nécrologique.
On apprend le décès à Vienne de Joe Zawinul, le fondateur de Weather Report. Le pianiste autrichien au nom improbable était certainement un des plus grands pianistes de jazz contemporains. Le cancer l'a emporté à l'âge de 75 ans.
Plutôt qu'un long discours, un petit hommage et on ne m'en voudra pas d'y associer la mémoire de Jaco Pastorius dans le mouivement:


10 septembre 2007

Ca bouge au SP.a!




Tandis que Didier Reynders s'ennuie à Liège et que 800.000 voix Leterme égrenne son chapelet devant une statue de Sainte Rita dans l'espoir que "l'explorateur" Van Rompuy ne lui fauche pas sa place de premier ministre, nos camarades du SP-a travaillent à la succession de leur ex-président de parti, Johan Vandelanotte.
Depuis les élections du 10 juin, la direction du parti était assurée par sa Vice-présidente, Caroline Gennez, candidate de l'appareil à la succession. Et bien, la section d'Anvers (la plus importante du parti) a présenté la candidature d'Erik de Bruyn.
Erik qui? oui, effectivement, on ne peut pas dire que ce soit un type particulièrement connu. Enfin, de ce coté-ci de la frontière linguistique, ce qui ne veut plus dire grand chose par les temps qui courent, hélas, trois fois hélas. Bon, on ne va pas se lamenter, tout ça ne nous rendra pas le Congo, ni ses accessoires chers à Antonio Gambini.
Par contre, s'il a un titre de gloire, c'est bien d'être le patron de la tendance SP-a Rood (rouge) qui s'est créé en réaction au pacte des générations, de sinistre mémoire. Son projet, il le résume d'une phrase: "Sp.a moet opnieuw linkser worden"*!
Des amis d'Animo, les JS flamands, me disent que ce n'est sans doute pas un candidat sérieux à la présidence mais qu'ils aiment le débat que sa candidature génère et la brise qui souffle dans leur parti pour le moment.
Je ne peux que les encourager à maintenir ce débat. Et je suis convaincu que la voie montrée par de Bruyn est celle qui permettra au SP.a de reprendre sa place dans le paysage politique belge et flamand. Dans une société qui se droitise à grande vitesse, là où les partis conservateurs galopent derrière les voix des blokkers et vivent de la surenchère communautaire, il y a de l'espace à gauche. Assumons notre identité socialiste et occupons ce terrain avec un projet offensif et audacieux!
* le SP.a doit redevenir plus à gauche.

04 septembre 2007

Facebook

Alors dans le registre des trucs machins qui ne servent à rien mais vous font quand même passer des heures sur Internet, vous connaissiez déjà Travian - et vous aviez des doutes sur la lecture de ce blog.

Réjouissez-vous, vous allez pouvoir glander utile et militant, désormais: le MJS vient d'ouvrir un groupe sur Facebook. Fatigué d'attendre la réunion mensuelle de votre section ou la prochaine formation à la mer du Nord pour délirer et réfléchir avec les camarades d'autres horizons?L'annonce du prochain camp d'été pour retrouver Gérard ou Cunégonde qui vous avait mis la tête à l'envers sous les étoiles en vous parlant des luttes à Clabecq?

Et bien n'attendez plus: ouvrez-vous un compte et rejoignez nous: http://www.facebook.com/group.php?gid=4940529110

NB: Et si votre principal intérêt est de parler de politique et de socialisme dans un contexte belge, que la description ci-dessus ne vous fasse pas reculer non plus ;)

03 septembre 2007

Et pour un autre regard...

... l'Express a suivi un camarade des Bouches du Rhône (avec qui j'ai fait connaissance à Werfptfuhl il y a 15 jours).
Images d'ambiance, là:
(c'est pas encore strip tease mais ça pourrait venir. Ou alors, ils ont sagement décidé de couper les images de la MJS party au montage ;) )
PS: en parlant du Rhône, mes amitiés aux lecteurs du Puy-en-Velay. Parceque c'est comme ça, non mais ho!
PPS: avant les commentaires outrés de profs de géo en devenir ou d'économistes qui se disent qu'ils se lanceraient bien dans une autre branche, e précise tout de suite qu'il est inutile de me faire un cours sur la Haute Loire, l'Auvergne et le pélerinage de Saint-Jacques. C'est mon blog et je dis les conneries que JE veux! Et on va pas m'en conter sur les faux pélerins, sans blague! Ah mais!

La Rochelle - bis


Bien, de retour à Bruxelles, quelques mots supplémentaires sur le week end que je viens de passer à La Rochelle.

Et tout d'abord, encore un grand merci aux camarades du MJS France pour leur accueil, leur enthousiasme militant et leur sens de la fête... Antoine, Benoit, Etienne, Estelle et toute la clique, c'est toujours un plaisir de mener des activités politiques avec vous.

Reprenons dans l'ordre. Le thème de l'univ d'été du MJS France: "Droit d'inventaire, Devoir d'invention". Après la défaite de Ségolène aux dernières présidentielles, les désertions diverses et variées et les engueulades internes dont le PS français a le secret, le MJS semble vouloir sortir de la période d'auto-flagellation de son parti-mère pour préparer la suite des évenements.

Une excellete idée s'il en est. Mais après ces trois jours d'observation, je dirais que c'est pas gagné d'avance. Premier signe: la traditionnelle rencontre MJS / François Hollande pour sa dernière univ d'été comme premier secrétaire du parti. Pas de réponse à la question "quel est ton bilan après 10 ans aux commandes du parti?", une profession de foi dans les vertus du marché ("du marché autant qu'il en faudra" tempéré - tout de même! - par un vague "mais pas dans tous les secteurs" ce qui laisse pas mal de marge pour le recul du public...), ...

L'impression générale est que, pour les militants socialistes présents comme pour les cadres, la rénovation du parti passera par la réforme de la structuration du parti. Souvent visés: les courants qui traversent le PS français et cristalisent les opositions internes autour de l'une ou l'autre figure de proue. Pour certains, l'abolition de cette forme d'organisation permettrait de réunir tout le monde autour d'un projet commun. Quand on pense à ce qu'a été le processus d'unification du PS français et quand je vois ce à quoi mène le système majoritaire en place chez nous, je crois que les partisans de cette solution s'engagent sur la mauvaise voix. Enfin, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Deuxième sujet d'inquiétude: l'atelier "quelles stratégies de conquête majoritaire chez nos camarades du PSE". Animé par Alain Richard (MEP), il faisait intervenir des représentants du PSOE, de la DS italienne et du SPD allemand. Soit deux représentants de parti en coalition avec les chrétiens ou carrément en voie de fusion avec eux et un troisième uni derrière un projet éthique impeccable mais plus flou sur les options économiques (et dont il faut bien dire que le succès initial est sans doute plus lié aux attentats de Madrid qu'à son programme, n'en déplaise à certains). Je reviendrai ailleurs sur le cas italien.

Avec toujours cette forme de nombrilisme hexagonal. Et le regret de ne pas élargir la discussion plus loin. Le nombre de parti socialistes au gouvernement en Europe est ridiculement faible, est-ce qu'on s'est demandé si certains n'étaient pas dans l'oposition en utilisant pourtant les mêmes recettes que ceux qui se sont maintenus au pouvoir? Et, cerise sur le gâteau, des doutes clairement exprimés par Richard sur la construction d'une europe fédérale.

Puis un atelier plus encourageant (organisé par le MJS) sur l'afrique des grands lacs et la politique française de coopération au développement. Si la Françafrique est clairement remise en cause, il reste cependant à réfléchir à une politique de coopération qui soit réellement axée sur l'autonomisation des peuples plutôt que sur le maintien d'une sphère d'influence nationale.

Enfin, les discours de cloture. Celui de Razzye, tout d'abord. Surprenant de l'entendre remercier à la tribune le parti pour l'autonomie du MJS - mais soit. Excellente intervention sur le devoir pour notre génération de "refermer la parenthèse de 1920". Maintien à l'agenda des questions relatives au pacte de stabilité. Et surprenant intérêt particulier sur la Tunisie. Je ne veux pas dire que la Tunisie n'est pas une question sur laquelle il faut se pencher, mais bien que c'est l'ensemble des relations Europe Méditerranée qui doivent être approchées en profondeur. Ne fut-ce que d'un point de vue énergétique, ça vaut le détour. D'accord don sur la relance du processus de Barcelone.

Long discours de Hollande. Et puis retour à la maison.

Conclusion? Il y a clairement pour moi un problème d'identité pour la gauche socialiste en Europe. Et la crise que traverse le PS français en participe. Et si je me réjouis que les signaux à La Rochelle vont vers la reconstruction d'une gauche plus large et plus unie, je crains que cette volonté ne reste lettre morte si elle se limite à un raprochement d'apareils. Ce qui fait la force d'un parti de gauche, c'est sa capacité à être un parti de masse et à travailler avec les autres organisations de masses qui partagent ses options politiques. Pour faire avancer le schmilblick dans la direction proposée, le PS français devra d'abord être capable d'ouvrir ses portes aux français dans un processus d'adhésion important et surtout être capable de raisonner en dehors de la seule sphère du personnel politique gouvernemental. Les grands absents de ce week-end étaient, encore une fois, les organisations syndicales (quand bien même on ne puisse pas dire que nos voisins d'outre-quiévrain se caractérisent par un taux de syndicalisation particulièrement élevé non plus, hélas...)

02 septembre 2007

La Rochelle

Oui, je sais, un mois sans post, c'est pas le meilleur moyen de fidéliser le lectorat, ni d'aider le suédois moyen à comprendre ce qui se passe dans mon pays de dingues. En même temps, trois posts par jour ne sufirait pas à rendre le machin intelligible, donc: vacances. Après une semaine à l'université d'été de la IUSY das la banlieue de Berlin, après le centenaire de cette orga à Berlin même, je sèche l'université d'été de notre PS à nous pour assister à celles du PS et du MJS français à la Rochelle.

Rencontre MJS/François Hollande euh... intéressante, atelier européen avec Pilip Cordery, des espagnols, des italiens et des allemands sur le thème: on croit que ça marche chez eux, et si ça marchait chez nous? (et qui me fait plutôt penser au thème: la gauche en Europe: une machine à perdre ou une course au centre?).
Discussion sur l'afrique des grands lacs avec des camarades ougandais (qui clament 350.000 membres pour leur orga de jeunesse - enfoncés, nos 12.000 membres).

Et maintenant les discours de cloture. Le premier fédéral de la charente maritime est manifestement sorti de l'école du rire (et la députée locale a été recalée à l'examen d'entrée). Je vous quitte pour écouter la suite des évenements...

27 juillet 2007

Belgium explained to a Swedish comrade - an introduction


Reading my favorite daily broadsheet "Le Soir" I cannot help crying over the priorities put forward by our reporters. For the third day in a row, the 5 first pages of the newspaper are dedicated to drug abuses among the asmathic athletes of the Tour de France. Negotiations over the new government are sent back to page 6. And the story of Angelica, aged 11, locked up in a prison for migrants waiting to be deported to page 7.


In the meantime, it seems that Jean-Pierre Stroobant is the only journalist left in "Le Monde" redaction. Meaning that French readers are filled with an unusual amount of information about the political situation in Belgium. And often inaccurate or partisan ones for that matter.


As I would not like my international friends to believe that Belgian people in holidays suddenly turn into careless drug-and-bicycle-hypnotised fascists, and as I do not mind partisan informations as long as all parties pour their own propaganda, I thought it was about time to update my dear readers on what our situation looks like now, how are the negotiations advancing, what are the propositions on the table and where do the boobytraps lay...


This is the purpose of this short three-or-four folded series that I'll post from today on. Stay tuned.


23 juillet 2007

Quelle clette!

Et ça veut devenir premier ministre?

Et Demotte, a raté l'occasion de se taire...




Bah, je suppose que les télépspectateurs bien pensant d'RTL-TVI iront encore dire que c'est la RTBF qui a commis une "bourde de plus".

20 juillet 2007

Martine Feron (1955 - 2007)


L'actualité du jour devrait m'inciter à vous parler des remaniements dans le Gouvernement wallon, de l'heureuse surprise que constitue la désignation de Rudy Demotte à la tête de cet exécutif, l'occasion d'adresser mes félicitations à Marc Tarabella et Paul Magnette, qui le rejoignent et que j'ai rencontré l'un comme député européen et l'autre comme militant lors d'activités avec les camarades de la fédé JS de Charleroi.
Seulement voila, au cours d'une réunion ce matin, j'ai appris par hasard, au détour d'une conversation (qui m'a aussi appris que le principe du parapluie ne connait pas de limite), le décès de Martine Feron.
Quand j'ai rencontré Martine pour la première fois, elle était la budgétaire du cabinet Hutchinson à la Région Bruxelloise. Sans aucun doute une des personnes qui connaissaient le mieux les finances de la Région, une excellente économiste qui devait entrer peu après à la Cour des Comptes. Pour être une excellente technicienne, c'était aussi un être humain remarquable, d'une gentillesse trop rare à ce niveau de responsabilités. Et une militante socialiste sincère et engagée, qu'on croisait avec plaisir, malgré la maladie, dans les congrès, les AG, les manifs de solidarité avec les travailleurs de Forest ou européennes - bref, tous les évènements qui font la vie du parti et qui donnent vie à l'idéal socialiste. Je ne crois pas en quelque chose après la vie, mais je sais que la mienne aura été enrichie d'avoir fait sa connaissance. Alors, pour ça, merci Martine et au revoir.
------------------------------------------------------------------------------------------
Je n'ai pas assisté à énormément de funérailles de gens que je connaissais vraiment bien - et j'en suis heureux. Mais je me souviens au moins la fin d'une cérémonie qui m'avait fait l'impression d'une trahison, il y a quelques années de ça.
Bien sûr, ce genre de rites de passage est plus fait pour aider les vivants que le mort. Mais je n'aimerais pas qu'à ce titre on fasse tout et n'importe quoi le jour où on me mettra dans le trou (ou dans le four, peu importe). Je ne prévois pas l'évènement pour tout de suite mais comme personne n'est à l'abri d'un accident...
Je ne m'attends pas à ce qu'on rie et à ce qu'on danse ce jour-là - enfin peut-être qu'avec certains, on n'est pas à l'abri. Mais j'aimerais autant qu'on ne s'y ennuie pas trop ferme, prière donc de bannir les "musiques d'enterrement". Au programme, je préfèrerais "les funérailles d'antan" de Brassens. Que mes amis chantent l'Internationale (et qu'ils n'oublient pas que les rois nous saoulaient de fumée) pour ceux qui le veulent et le Semeur pour ceux qui le savent. Oui, le lien vers le Cercle $olvay, c'est de l'auto-dérision.
Ah oui, je suppose que personne n'aurait le mauvais goût de me sortir un texte d'évangile. Pour le moment, je dois dire que ce qui me plairait le plus, c'est "un homme est mort" de Paul Eluard. Bon, évidemment, ça se mérite, pas certain d'être à la hauteur et la vie comme elle va me fait penser qu'au plus on tarde, au moins on a de chance de tenir la distance, si on peut dire. Mais soit, tarder permet aussi de réfléchir à la question et si je trouve mieux d'ici-là, je vous tiendrai au courant.
Sur ces bons mots, je vous laisse avec une tranche de franc délire et vous dit à bientôt pour des pensées plus réjouissantes. (Genre ce soir, je serai ).

16 juillet 2007

En route vers la banalisation des exclusions?

C'est dingue la vitesse à laquelle le vent tourne dans la lutte contre le racisme et la xénophobie.
Déjà à la fin du mois de juin, c'est à peine si on a entendu les commentaires de Hervé Doyen (bourgmestre CDH de Jette) sur le communautarisme bien réel de la campagne de son parti aux dernières législatives. La même semaine, Coomans de Brachène, conseiller communal MR à la ville de Bruxelles ne trouvait rien de mieux à répondre que "ça ne se voit pas" quand les conseillers de la majorité lui faisait remarquer que l'échevin CDH Bertin Mampaka avait été blanchi des accusations qui pesaient sur lui.
Et voila que, à part Groen!, il ne se trouve pas un parti flamand pour voter contre l'entrée à la questure du sénat d'un représentant du Vlaams Belang, et ce, malgré la vive opposition de l'ensemble des partis francophones. *
Commentaire du CD&V: "le VB a été élu démocratiquement". Sans blague? Hitler et Mussolini aussi, ça n'en fait pas des gens présentables, pour autant que je sache.
Commentaire de Herman De Croo (VLD) ce matin sur La Première: "Pas étonnant que le CD&V n'ait pas suivi la proposition des francophones, il aurait perdu leur deuxième questeur dans le processus". Ouais. Et c'est pour protéger ce deuxième questeur catho que ni le VLD, ni le SP.a n'ont bronché en séance?
Commentaire d'Elio (en substance): "C'est un problème communautaire, les flamands abusent de leur position numérique dominante dans les assemblées pour imposer ce genre de choses aux francophones".
Donc, si je résume:
1. Il y aurait maintenant une forme d'analyse suivant laquelle n'importe qui se présentant au suffrage de l'électeur est un démocrate légitime.
2. La lutte contre l'extrême droite s'efface devant des calculs partisans de bas-étage.
3. Tout et n'importe quoi peut être instrumentalisé dans le cadre des conflits communautaires.
Je pose donc la question: est-ce qu'il n'y aurait pas comme du mou dans le cordon sanitaire pour le moment, par hasard?
*NB: il s'agissait en fait de limiter le nombre de questeurs à 4 plutôt qu'au maximum autorisé de 6 pour couper l'herbe sous le pied des fachos.

25 juin 2007

Yonnec's blog

Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion d'annoncer la naissance d'un blog de gauche. Je suis donc heureux de pouvoir dévoiler au monde que mon camarade et ami Yonnec Polet vient d'ouvrir le sien.
C'est tout chaud, tout beau, et innovant puisqu'il vous propose de participer à l'alimentation de l'outil en lui envoyant vos analyses politiques.
En un mot, c'est indispensable et c'est par ici.

22 juin 2007

Détente - musique non politique. Quoique.

Allez, faisons un geste vis-à-vis d'Armand De Decker, un petit post pour de la musique pas trop ringarde et pas politique (enfin, quand on écoute les paroles, c'est pas tendre pour les capitalistes actifs dans l'industrie du spectacle mais bon... ça ne les empêchent pas de produire).
Mais est-ce de la musique pour lui?

21 juin 2007

Comme un grand vol de panzers...


Armand de Decker est le bourgmestre (MR) d'Uccle. Il est également ministre sortant de la coopération au développement. Il est enfin officier de réserve dans les troupes blindées. Ca se voit. Il a toute la finesse de son arme.
Dans la Libre Belgique d'aujourd'hui, il assène en vrac et sans détour que "le PS wallon (sic) est sans doute un des plus archaïque d'Europe" mais surtout que "L'orange bleue aura un programme plus social que si le PS était au pouvoir".

Ca ne manque pas d'air. Quand leurs partenaires flamands posent déjà sur la table la suppression de l'obligation de vote et la limitation dans le temps des allocations de chômage.

Et en quoi donc seront-ils si sociaux? Et bien tout simplement en créant des centaines de milliers d'emplois. Texto. Je ne dis pas que la création d'emplois n'est pas le socle d'une politique sociale. Mais j'aimerais bien qu'on brise un peu ce postulat ridicule selon lequel l'emploi est la voie la plus sûre hors de la pauvreté. La meilleure aide pour les gens c'est de leur donner un revenu. Il y a une différence de taille. Des types qui doivent cumuler plusieurs jobs pour ne pas arriver à payer leur loyer, il ne faut pas courrir jusqu'à Londres pour en trouver des charettes entières. A contrario, il existe encore des gens sans travail qui vivent très bien. On appelle ça des rentiers.

Je suppose qu'avec les réformes fiscales qu'ils nous mittonent, tout ces sales chomeurs pourront bientôt se recycler en barbiers puisque demain, on rase gratis.

Heureusement, le MR est, toujours suivant notre ami, conscient que les bas salaires sont trop bas et qu'il faut les revaloriser. Comment? pas de proposition. Mais d'après les discours de campagne, ils confondent. Ils ne veulent pas revaloriser les bas salaires. Ils veulent supprimer une partie des cotisations pour augmenter le salaire poche. C'est un tour de passe-passe. Vous pourrez dépenser aujourd'hui la pension qu'ils ne vous donneront pas demain.

Ils sont aussi attachés au modèle social européen. Ca je n'en doute pas mais lequel? Ca fait deux ans qu'on essaye de le définir, pour notre part. Rhénan? Scandinave? Anglo-saxon? Parceque, au cas où Armand ne serait pas au courant, le Royaume Uni, c'est l'Europe aussi...

Lui je ne sais pas, mais moi je suis certain que le modèle social européen ne passe pas par la dévalorisation du premier pilier de pension au profit des pensions privées.


Sur l'archaïsme... La critique n'est pas neuve, et d'ailleurs certains comme mon ami Eric, ne rate jamais une occasion de la sortir. J'ai déjà posté sur la différence entre être moderne et être à la mode. Mais quand l'argument massue se résume à "chanter l'internationale à la fin des congrès, ça fait référence à 1917, c'est ringard", peut-être qu'un rappel musicologique n'est pas inutile. Ca changera notre officier de réserve du son du clairon.

Première précision, l'internationale a été écrite par Eugène Pottier en juin 1871 (en pleine répression de la Commune de Paris) et mise en musique en 1888. Elle est devenue l'hymne du mouvement ouvrier en 1904. Si on fait référence à une Révolution, ce n'est pas à celle de 17, ne lui déplaise. Maintenant, je ne doute pas que pour De Decker la référence à la Commune n'est pas moins ringarde. Alors dans le fond, qu'est-ce qu'elle nous raconte l'Internationale?

Si on y jette un oeil couplet par couplet, voila ce que ça donne:

C'est d'abord un chant qui appelle à la prise de conscience de la force collective des travailleurs et de notre capacité à changer le monde. C'est un appel à la transformation sociale, une affirmation puissante que rien n'est immuable. Evidemment, ça énerve le conservateur.

C'est ensuite un chant d'émancipation. Et rationaliste, qui plus est. Le salut ne viendra de personne sinon de nous même - pas de chef à suivre au talon, et quand on voit la façon dont notre tankiste flingue Louis Michel pour encenser son président de parti, là aussi on comprend que ça le démange.

C'est le rappel que la conquête du pouvoir ne suffit pas au changement de la société, que les structures de l'Etat telle qu'elles existaient à l'époque (et telles qu'elles continuent d'exister dans une certaine mesure) étaient l'outil de l'oppression des masses - et que quel que soit le parti au pouvoir, l'outil resterait oppressif s'il n'était pas changé en profondeur. Pottier nous donnait d'ailleurs des pistes à suivre, pointant vers la progressivité de l'impôt et l'égalité des droits, autant que des devoirs.

C'est la critique, violente, des rapports de production, de la répartition de la charge et des bénéfices entre le Capital et le Travail.

C'est une profession de foi anti-militariste, le refus de la violence pour autre chose que la défense des droits, une dénonciation de l'absurdité d'aller se faire trucider, pour défendre un système inique qui plus est.

C'est, enfin, un appel à l'organisation des forces sociales pour la transformation du monde. La conviction que, unis, main dans la main, nous construisons notre avenir et un monde meilleur, mais qu'individuellement nous courrons à l'échec. Et tout ça, on le chante dans toutes les langues du monde, convaincus que l'humanité n'est pas faite d'une mosaïques d'intérêts particuliers.

Monsieur De Decker trouve cela ringard. Il fait de la politique pour être "hype", pas pour défendre des idées, apparemment. Ca le regarde.

Pour moi, au contraire, tous ces thèmes sont encore d'une actualité brûlante. Qu'on la chante sur l'air traditionnel, en rap, en rock, en reggae, à la manière de Chanson + bifluorée ou sur l'air des schtroumpfs, ça ne change pas grand chose. Je suis fier d'être l'héritier du mouvement ouvrier, fier de le faire vivre aujourd'hui et fier de travailler à ce que la vision du monde que nous défendons, en constante évolution dans ses moyens mais en parfaite cohérence dans ses objectifs, se réalise demain.

Avec l'Internationale comme étendard.

PES Leaders' conference



En marge du sommet européen qui s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles, les leaders des partis socialistes européens se sont réunis cet après-midi dans le cadre du Cinquantenaire. Comme à l'accoutumée, le MJS était heureux de donner un coup de main au PSE pour l'occasion (merci à Julie, Christel, Loris et Mounir).
Soutenir les assauts de la presse, des cabinettards qui se prennent pour le centre du monde, des gardes du corps stressés, etc, etc, et tout ça avec le sourire, ça demande une solide dose de nerfs: vous avez été parfaits!


ET pendant que nous nous amusions dehors, que se disait-il dedans? Je n'ai pas eu l'occasion d'assister à la conférence de presse, mais le principal point à l'ordre du jour portait sur le traité constitutionnel, bien entendu. De ce coté là, relativement bonne nouvelle. Les socialistes européens sont pour la sauvegarde du traité - c'est à dire pour la sauvegarde de la Charte, droit du travail compris.


On connait la position du MJS sur la constit d'une manière générale, je ne vais pas revenir sur la question. Etre contre le texte dans son ensemble ne nous a pas empêché d'y reconnaitre certaines avancées. Mais il est clair que si les points qui constituaient la partie positive de ce texte indigeste devaient passer à la trappe dans le processus de relance, on a pas fini de nous voir dans la rue, aux cotés de nos camarades syndicalistes!


Cela dit, quand je dis "les socialistes européens...", j'exagère tout de même un brin.
Arrivée tardive de Socrates et Zapatero. Je suppose qu'on les a briefés et qu'ils étaient de toute façon en phase avec la ligne (l'acharnement des espagnols à défendre le traité en l'état devenait presque lassant). Mais surtout, même en regardant bien derrière les coins ou en dessous des nappes, on ne risquait pas de trouver un seul membre du leadership du Labour, ni Blair ni Brown.


Au point qu'il ya tout de même de quoi s'inquiéter quand, au delà de ça, on entend Sarkozy proposer la candidature d'Antoine Blaireau à la présidence de l'Union. Normalement, ce devrait être le signal pour pas mal de monde que le Labour est quand même vachement plus près du centre que de la gauche (on remarquera que je n'ai pas signalé de quel coté du centre, hein). Mais ça risque plutot d'être compris comme "regardez-ça, je leur donne un président de chez eux et ils ne sont pas encore contents, tous ces socialos". Le piège parfait.


Autre point de l'agenda: la mise en oeuvre du processus de réflexion dans les partis sur la plateforme électorale commune en vue des européennes de 2009. Il s'agit là d'un travail idéologique et programmatique dont je n'hésiterais pas à dire qu'il s'annonce bandant. Clairement quelque chose dans lequel le MJS travaillera à fond, que ce soit vis à vis du PS ou à travers ECOSY.


Un regret: je n'ai pas entendu que tous ces braves gens ont abordé la question du Moyen Orient. "A missed opportunity" pour reprendre une expression à la mode à la IUSY.


Dernière réflexion pour la route, je discutais avec un camarade des DS (les italiens) dans le couloir. C'est dingue à quel point ils continuent de faire campagne pour leur "parti démocrate". Et tout aussi dingue à quel point je ne les trouve que très relativement convainquants. Va falloir que je pense à poster là dessus dans un avenir proche.


Last minute rien à voir avec le sujet: des photos de la conférence européenne de la IUSY sont en ligne ici

19 juin 2007

Idées noires pour blog blanc...


Bon, deux mois déjà que je n'alimente plus ce blog, je ne compte plus les commentaires des copains du genre "c'est completement mort"., etc, etc.

Je me retrancherais bien derrière les habituelles excuses cheap du genre "pas le temps" ou "rien qui mérite qu'on s'y attarde pour le moment". Mais avec une campagne électorale derrière le dos, pour un blog qui se veut quand même un peu politique sur les bords, c'est pas très crédible.

Alors, c'est quoi le problème? D'une manière générale, je trouve qu'il n'y a rien de plus gonflant que les types qui étalent leur vie privée mais comme il m'aura fallu deux mois, un comité européen de la IUSY (allez lire les compte-rendus sur les blogs d'Estelle ou de Rémi pour vous faire une idée) et quatre pinte tchèques pour que ça sorte, autant que ça profite à tout le monde et vous donner une explication un peu plus large.

Alors, primo: j'ai changé de boulot. Depuis le début du mois de mars, je ne bosse plus à la SLRB mais ici. Vous allez me dire, jusque là, y a pas grand chose qui change, c'est toujours la gestion d'un plan de construction de logements. Pas de quoi se taire pendant si longtemps ou mettre la clé sous le paillasson.

A priori, non. Sauf que jusqu'ici, le taf était dans l'administration. Maintenant, je travaille toujours pour le bien public (enfin je crois) mais c'est quand même vachement plus politique. Je ne m'en plains pas, loin de là, c'est un boulot en or, avec des collègues terribles, un échevin que je ne connaissais pas du tout et que j'apprécie un peu plus tous les jours. Mais en attendant, bonjour la crise de conscience. Si on regarde les choses avec le minimum de cynisme requis, je suis devenu un apparatchik. Jusqu'ici, je ne m'étais jamais privé de taper sur le PS comme sur le reste. Est-ce que j'ai toujours la même liberté à ce niveau là? Oui, bien entendu. Et personne ne me le conteste, au contraire on m'y encourage ("on est pas chez Françoise, ici"). N'empêche, ça fait réfléchir.

deuxio: Sympa le blog, mais pour faire quoi? ça fait un peu plus d'un an que je poste sur une base plus ou moins régulière. Franchement, lisez les premiers billets et les derniers. Vous, je ne sais pas, mais moi je trouve que ça tourne un peu en rond. Critiquer, c'est sympa et c'est important mais c'est un peu court. Et le niveau des propositions est loin de me faire avancer dans la direction que je cherchais à trouver - à savoir un moyen de réconcilier les fondamentaux du socialisme et les problèmes contemporains, dont certains nous font croire qu'ils ne sont plus en phase.

"Brian, c'est positif, mais faut qu'il arrête de faire l'adolescent attardé et qu'il commence d'être un peu efficace à gauche". Ajoutez à ça les innombrables commentaires d'amis proches, de presque frères, qui vous vomissent votre engagement sur le bout de vos godasses sales parceque vous croyez à une gauche qui pourrait être à la fois réformatrice/révolutionnaire (dans le sens d'un changement social radical) et de Gouvernement, ça finit par user le militant. Pour un peu, la bière aurait plus le même goût.

D'ailleurs, la question du "pour faire quoi" ne se limite pas tellement au blog lui-même. Ca va faire bientôt quatre ans que je vis à un rythme de militant professionnel, cette catégorie dont les sociologues nous disent qu'elle a disparu lors de la dernière glaciation - ce qui ne colle pas terrible avec notre période de réchauffement climatique. Dans les faits, qu'est-ce qu'on a gagné, collectivement, durant cette période? Et là, je ne parle même pas des seules structures dans lesquelles je me suis engagé mais plutôt de la Gauche en général. En réfléchissant un peu, je pourrais vous donner des dizaines d'exemples mais quand on voit l'état du monde, on a bien droit à un moment de doute de temps en temps, non?

N'empêche, à force de ne pas pouvoir se sentir libre aussi longtemps qu'il restera un esclave, on finit par prendre le risque de devenir le dernier esclave soi-même.

Tertio: Il y a des gens pour qui chaque pas est une avancée vers plus de confiance et moins de questions. Moi, c'est le contraire, depuis que j'ai quitté l'unif, j'ai l'impression d'être un peu plus idiot tous les jours. Enfin, ça, on peut encore y remédier, work in progress.

Quarto: il parait que Belle-des-Champs a gagné à Longchamps alors qu'on la donnait à 4 contre 1. Ma cote était la même... mais ça ne peut pas marcher à tous les coups, de toute évidence.

Allez, voila, fin de la constipation bloggesque. Maintenant que c'est sorti, on peut reprendre une activité normale et s'interesser aux affaires du monde. D'ailleurs, si je laisse tomber le projet de blog sur la politique communale ixelloise pour le moment, vais peut-être me lancer dans un truc plus franchement inetrnational et dans la langue de Milton, de Shakespeare et de la Bible (enfin, ça c'est Shaw qui le dit).

A bientôt - ou pas ;)

24 avril 2007

Histoire Birmane


Encore une référence Orwellienne pour anoncer une action d'Ecosy.

Alors que l'Europe va aborder la question du régime Birman dans un avenir proche (dont la victime la plus célèbre est sans aucun doute le prix nobel de la paix Mme Aung Sun Suu Kyi), les jeunes socialistes européens lancent une campagne visnat à durcir la position européenne vis-à-vis de ce pays d'asie du sud est.

Allez donc jeter un coup d'oeil ici pour lire le texte et signer la pétition.


20 avril 2007

LIBRE !!!

La cour de cassation a annulé hier la condamnation de Bahar Kimyongür et des autres militants du DHKP-C.
Un solide coup porté aux lois anti-terroristes et dont on ne peut que se féliciter, pour peu qu'on soit prêt à faire primer une certaine idée de la liberté sur l'illusion d'une prétendue "sécurité".
Cela dit, les procédures ne sont pas arrivées à leur terme et les poursuites reprendront prochainement devant la cour d'appel d'Anvers. A suivre.

19 avril 2007

Solidarity with the Spanish Civil War Veterans in Poland


So, as I promissed to start posting in English once in a while, let us open this trend with a call for solidarity.


I recently received a petition signed by an association called "Amis des Combattants en Espagne Républicaine", concerning yet another completely scandalous move of the twin brothers in Poland. After having tried to get rid of women's right (they failed an attempt to change the constitution in order to ban abortion), they are now willing to starve off the polish veterans of the International Brigades and to erase their memory of the polish national history.


The text reads as follow:

Warsaw’s Government is currently putting up measures aiming at erasing from their national History the memory of the polish « brigadistes » who defended the Spanish Republic against the aggression of Franco, Hitler, Mussolini and Salazar. The Polish authorities are qualifying the brigadistes as “traitors and criminals”.

Several dispositions and a law proposal are being elaborated now against the brigadistes: suppression of the war veterans’ grant, renaming of streets and schools in Warsaw that were named after the veterans of the Dombrowski brigade. In the eye of the polish government, the brigadistes are traitors as they went fighting in Spain “in order to build up communism” and as they allegedly contributed to strengthen the “totalitarian regime” by becoming an “influent group” inside the polish communist party.

Polish authorities had already stroke off the warsaw’s monument to the unknown soldier, the name of the main battles the Polish brigadistes took part in in Spain (Ebro, Brunete and Jarama).

After the outbreak of the Spanish Civil War, many Poles, whether communist or not, joined in the International Brigades. Their own was named after Dombrowski
[1]. Several hundreds among them were killed in action, and many veterans took an important part in the resistance to the Nazi occupation. Poland is kicking the brigadistes out of its history, while Estonia is paying repeated official homage to former SS. Without the EU voicing any reaction – while these two countries are to be counted among the “27”.

Measures announced in Warsaw are provoking strong reactions in Spain. In Paris, the “Association des amis des combatants en Espagne Républicaine” invites you to sign the protest petition to be addressed to the polish government.

People who had known me for some time know by now that I'm more attracted to black and red than to the hammer and sickle. And I would probably not feel perfectly at ease with the people in this Association, considering that communists were not exactly tender towards Anarchists and Trots in the late thirties in Spain.
But still, the attitude of the Polish Government is outrageous, and a complete historical nonsense.
I think it is well worth the pain to remind some people that
1. the Communist Party of Poland was not in speaking terms with Stalin in the thirties (mainly because of its radical anti-nazi attitude standing in the way of the Germano-soviet Pact). To the point that it has been dissolved and many of its leaders fell in the 1936 trials under the ridiculous accusation of "Trotskyism and Fascism".
2. most of the Brigades' veterans were either in the Resistance during the war... or in the Mauthausen concentration camp - and were not too eager to go back to a place were the new reformed polish communist party did not want to welcome them anyway.

So, pretending that these people became an important totalitarian group inside the Polish Communist party sounds a bit like an overstatement.

Show the veterans of the Spanish Civil War your support and let us make sure that, neither in Poland, nor in the rest of the world, people forget what these men and women did to fight fascism in Spain. Sign here!




[1] Dombrowski was a protagonist of the Commune de Paris – not to be confused with a general of Napoleon’s. Translator's note ;-).

12 avril 2007

La phrase du mois (au moins!)



"Je ne suis pas vraiment un Flamand nationaliste parce que je ne suis pas vraiment un handicapé mental". Herman De Croo, président VLD de la Chambre (in de Morgen).

Sans commentaire. :)

11 avril 2007

Ca ne va pas améliorer la collusion média-politique...


En France, la situation est sans doute plus dramatique encore si on pense au nombre de présentateurs et -trices de JT qui sont purement et simplement en ménage avec qui un ministre, qui une figure politique en vue, etc., etc.

Mais bon, après Fredrique Ries qui quitte RTL pour rejoindre les rangs du MR comme parlementaire européenne, voila que le CdH réalise le transfert en or de cette période de Mercato pré-électoral. Anne Delvaux abandonne -enfin j'espère - les commandes du journal de la RTBF pour se présenter sur les listes cathos au Sénat.

Qu'une journaliste s'intéresse à la vie politique, c'est plutôt une bonne chose mais, tout de même, je trouve le procédé un peu gros, surtout alors que la campagne est déjà bien lancée. Enfin soit, je suppose qu'après les transferts de Martou et Simons, le PS est plutôt mal placé pour faire des commentaires. Tout le mal que je souhaite à Delvaux, c'est de ne pas finir comme sa prédécesserice (-euse?? euh...).

Et puis, positivons et prenons-nous à rêver une minute: ce serait peut-être l'occasion de voir revenir Hadja Labib tous les soirs dans notre salon!

08 avril 2007

La plume et le goupillon.


Je ne peux que me réjouir de la réaction unanime aux propos scandaleux de Monseigneur Leonard sur l'homosexualité. Qu'on puisse encore être convaincu aujourd'hui que les homos sont des déviants, tenant d'un comportement "anormal", c'est tout simplement renversant.


Mais, dans le registre des clichés, je me demande si cette petite phrase de Dominique Minten, journaliste au Standaard, publiée dans le Soir de ce week end allumera les mêmes passions.

Alors que depuis trois semaines, ces deux quotidiens se sont lancés dans la publication d'une série supposée casser les idée reçues Nord/Sud, le journaliste déclare, la bouche en coeur: "Le problème, c'est qu'il n'y a pratiquement aucun allochtone ou musulman qui travaille dans les médias flamands. A quoi cela tient-il? je n'en sais rien. Peut-être le métier de journaliste n'interesse-t-il pas les jeunes allochtones?"


Mais bien sur! C'est comme les femmes dans les conseils d'administration! Ca ne les intéresse peut-être pas, finalement. Et à contrario, si on trouve une proportion tout à fait incroyable de femmes d'origines immigrées parmi les "techniciennes de surface" ou de chomeurs parmi les wallons, c'est tout bêtement parce que ce sont des jobs (ou des non-jobs) qui les interessent. Comment n'y avait-on pas pensé plus tôt.


Arrêtons vite de réfléchir aux causes pour amener des réponses satisfaisantes: Dominique Minten nous a livré l'explication de l'exclusion sociale. C'est tout simplement parceque les exclus ne s'interessent pas au champs dont ils sont exclus. Merci Dominique!

06 avril 2007

Blogosphère


Parmi les outils statistiques de gestion de blog, il y a une petite fonction bien sympathique intitulée "Recent come from". En un mot, ça me permet de savoir quels sont les blogs qui pointent vers nicarquanniseuf (oui, il parait que le blogger branché ne dit pas "mon blog" mais appelle celui-ci par son titre -vous ne voudriez tout de même pas qu'on puisse dire que ce n'est pas un blog branché, non?) et d'aller y jeter un oeil curieux et/ou reconnaissant.
Parmi les plus récents, plusieurs lecteurs viennent de http://www.leblogdelio.be. "Tiens! mais qui c'est ce Lio?" me demandais-je plein d'entrain. Et bien, il n'y a pas de Lio. C'est bien plus drôle que ça: notre camarade président Elio blogue. Sans blague... Enfin, lui sans doute avec un petit coup de pouce de son entourage - Florence Coppenole ou Jean-François Mahieu, je suppose, mais bon, c'est un gars plus occupé que moi, je ne lui lancerais donc pas la première bière si 100% de ses posts n'étaient pas tapés de ses propres mimines.
Bref, j'ai l'honneur de vous annoncer que cette page fait officiellement partie des "blogs amis" du patron. Merci Président mais après ça il va encore y en avoir pour dire que les JS font du manchabalisme!
En tout état de cause, je ne peux que me réjouir de voir que le parti se décide enfin à engager le débat d'idée sur un terrain qu'il a trop longtemps délaissé: le web. J'espère que les initiatives dans ce sens se multiplieront et que les militants auront à coeur de montrer que pour nous, la base, la ligne du parti gagnerait à se montrer plus agressive.
Par la même occasion, ça m'a permis de découvrir un outre petit outil bien pratique: http://politique.belgoblog.com, un aggrégateur reprenant un large spectre de blogs politiques belges. N'hésitez pas à vous en servir immodérément, même s'il est encore loin de couvrir l'ensemble de la blogosphère politique de notre plat pays.

Congrès Ecosy 3 - ET vient le grand jour...

Samedi matin à l'aube. Tout le monde est très nerveux, au contraire de certains beaucoup d'entre nous n'ont dormi qu'une heure ou deux.
Vient mon tour de m'adresser au congrès pour présenter ma candidature... Et non, vous n'échapperez pas au discours ;)
Dear Comrades, dear Friends,

First of all, please let me introduce myself. I’m Brian Booth, 28 years old and for the last two years, I’ve been active as Bureau Member of Ecosy, mandated by MJS Belgium.

During these two years, I had the pleasure and honour to directly or indirectly take part in almost every Ecosy activity, getting the chance to meet with activists from all the fraternal, associate and member organisation of our common structure, during the bureau meetings, of course, but also during the many seminars and formative activities that were set up during the mandate that is about to close.
Whether held in the Kurt Löwenstein Educational Center of our Comrades from the Falken movement, in Esbjerg, thanks to the hospitality of DSU or in the European Parliament in Brussels, these events have been the occasion of many fruitful debates and conversations that fuelled the work inside the Bureau.

In a few hours from now, we will reach the climax of this work and one of the most important moments in the life of our organisation, marking the outcome of this two years of work: the definition and approval of our Position Paper.
This will mark the end of a cycle but also – which is much more important to us – the beginning of a new one. And this cycle will only tend towards one goal: winning the European elections of 2009.

Only with a clear victory of the socialist and social-democratic parties across Europe in those elections will the newly elected presidium of Ecosy be in a position to implement the political lines that we will define together this afternoon and tomorrow. Only then will we stand a chance to implement our view of what Europe should be when it comes to public services, intergenerational solidarity, employment, the struggle for social inclusion or the fight against the rise of right-wing extremism. This is the reason why I am convinced of the necessity to have a strong Ecosy for the upcoming mandate.

“United we stand, Divided we fall”. For all of us on the left of the centre, this is not just a saying. This is the straightforward expression of what makes our strength. Union in our own organisation, fighting all together on the line fixed in the position paper. But also Union with our fraternal organisations, especially in the trade union movement – ETUC Youth in this case.
Loads of battles cannot be won through political lobby alone. Recent history shows us that it is when the whole of the left get together campaigning in the streets, on the field, knocking on every doorstep to convince people of the urge to defend our positions, that the left wins the day, that it can turn the tide of social regression that conservativesand neo-liberal forces are trying to impose on us. A strong Ecosy can and must be the spearhead of such a dynamic of victory, as it has been when it came to such important issues as the Bolkestein directive, to name but one example.

Dear friends and comrades, it is in this perspective, to initiate such a dynamic of victory towards 2009 for a strong Ecosy in a strong social movement that I am putting myself at the full disposal of our common organisation, if this congress would give me the mandate to do so.

Thank you for your support and attention.
Je serais surpris que ce discours ait eu le moindre effet sur les votants, surtout comparé à l'extraordinaire boulot fourni par ma délégation, mais toujours est-il qu'en définitive, je suis passé. Un vrai miracle.
Pas seul, bien sur: les résultats complets sont
Président: Giacomo Filibeck
SG: Ania Szkrypek
VP: Estelle Göger, Nils Hindersmann, Francisco Andre, Marianne Muona, Petroula Nteledimiou, Hristo Hristev, Laila Naraghi, Brian Booth.
Et, pour la bonne bouche: présidence de la commission de contrôle: Janna Besamusca!
Bon, je ne vais pas faire plus long sur le sujet, mais il est certain que chaque élection n'est que le début d'un travail et pas une fin en soi. Celui qui attends le MJS et Ecosy dans les années à venir ne sera pas de tout repos!
Merci à tous pour les messages de soutien et les félicitations, j'essaierai de me montrer digne de votre confiance.
Thanks to everybody who showed support towards me, both from a "professional" and human point of view - and promiss, I'll try to post a bit more often in English...

Congrès Ecosy - 2


Un congrès Ecosy, c'est d'abord beaucoup de bruit, beaucoup de mouvement, beaucoup de travail, notamment dans la défense des amendements au texte d'orientation - au menu: un beau débat sur la flexécurité, le systèmle de pension, les services publics, j'en passe et des meilleurs.
Mais c'est aussi l'occasion de retrouver d'excellents amis et camarades, qu'on soit sur la même ligne ou à des années-lumières les uns des autres. Dans nos valises, au titre de vétérans: deux figures historiques d'ECOSY et du MJS - Antonio Gambini et Yonnec Pollet. Et dans les couloirs, la joie de retrouver des types qui m'ont appris beaucoup, vraiment marqué humainement et - ce qui ne gache rien- n'ont rien perdu de leur (im)pertinence en termes politiques, comme Eric Sundström ou Basha Nowacka - toutes mes félicitations à l'heureuse maman, d'ailleurs.*
Mais c'est aussi la recherche forcenée de compromis: je ne suis pas prêt d'oublier les trois propositions de concensus, balayées d'un revers de la main par des gens trop sur de leur "majorité", en particulier de la dernière tentative, après avoir pourchassé un délégué à travers la moitié de Varsovie pour se faire entendre dire "qu'il ne réveillerait pas ses collègues à 6h du vote". Une remarque qui a fait tomber la machoire à plus d'un: c'était pour eux bien la première fois que tout le monde dormait si tôt lors d'un Congrès!
Et enfin ce sont parfois des coups bas qu'on à peine à imaginer dans une organisation politique: drôle d'effet d'entendre par la bande que certains font campagne contre moi avec cet argument choc "Brian? Mais il ne sent pas bon!". Ami lecteur, bientôt ce blog en odorama.
* Ca n'exclus pas le plaisir de retrouver des camarades toujours actifs: Maurice Claessens, Simone Burger et Nils Hindelsmann, Estelle Göger, Susi Hasslinger, Torsten Engeland et Kati Hellwagner, nos camarades irlandais et slovènes, j'en passe et des meilleurs!

Congrès Ecosy - 1 le contexte


Voila, chose promise chose due, un petit compte rendu en deux - trois temps du congrès d'Ecosy.
Tout d'abord le contexte. Souvenez-vous, il y a deux ans. Cascais, Portugal. Après une campagne sans concession autour de la candidature de David Lebon (MJS - France) à la présidence d'ECOSY, "la gauche" de l'organisation se trouvait complètement marginalisée: seuls les jusos allemands parvenaient à arracher une vice-présidence, tandis qu'Ania Szkrypek se faisait élire au Secrétariat Général.
Durant ce mandat, l'objectif principal fut donc de ramener la gauche dans le jeu. De la constitution à Bolkestein, en passant par le pacte jeunesse ou la campagne "Europe Sociale pour tous", nous avons été de tous les combats dans ce but. Dès lors le Congrès de Varsovie, tenu du 29 mars au 1er avril, devait consacrer ces deux ans d'efforts... ou approfondir les divisions au sein des Jeunes Socialistes européens.
La délégation MJS à ce congrès était à la hauteur de l'enjeu, puisqu'elle comptait, outre mon insignifiante personne, 7 délégués (la délégation "standard" compte maximum 6 personnes):
- Tome Andrade, président du MJS et ex-secrétaire international,
- Isabelle Minsier, membre de l’exécutif du MJS et ex-présidente de la fédération de Charleroi,
- François Graas, notre coordinateur,
- Aurore Gilson, présidente de la fédération de Bruxelles,
- Antoine Delcourt, militant JS et candidat Bureau Member Ecosy,
- Ozlem Ozen, militante JS et échevine à Aiseau-Presle.
- Pascale Falek, militante JS et assistante parlementaire d’Olga Zrihen (ex-parlementaire européenne).

03 avril 2007

Ne quittez pas...

Bon, je sais que vous crevez tous d'envie de savoir ce qui s'est passé au congrès d'ECOSY, ce week end...
ET bien il vous faudra patienter encore un rien: le temps pour moi de rattraper le boulot en retard et la journée de sommeil qui m'a été octroyée hier!
Si tout va bien, les nouvelles seront en ligne demain, mais voici toujours un peu de lecture pour vous faire une idée:
I know you're all dyiong to learn a bit more on what happened during the last ECOSYcongress, this week end.
I promiss to update you as soon as I'll have catch up with the work to do in real life, but here's already some elements you can read:
© 2007, Gazeta Wyborcza, all rights reserved, for further information visit http://www.gazeta.pl [http://www.gazeta.pl]
Dziedziniec Zamku Królewskiego, tuż przed obchodami 10. rocznicy konstytucji. Kwaśniewski do dziennikarzy pytających go o powrót do polityki: Ja już wróciłem!
Wciąż jednak nie bardzo wiadomo, gdzie jest jego miejsce. Politycy SLD, których o to pytamy, rozkładają ręce. - Olek, popychany przez PiS, skoczył do basenu, ale nie zdążył nalać wody. Robi to teraz, w pośpiechu.
Wczorajsze obchody były próbą mobilizacji wokół niego przeciwników IV RP. - Zobaczymy, kto przyjdzie, jaka jest obecna siła przyciągania Kwaśniewskiego. Na razie wśród elit - powiedział nam jeden z pomysłodawców obchodów.
Były prezydent zorganizował je wraz z LiD.
Uczestnik: - Obrona III RP, w tym konstytucji, proeuropejskość, obrona praw człowieka, czyli przekonanie, że to jednostka jest najważniejsza, wolny rynek - to wartości, wokół których można coś zbudować. Nie zagospodarowała ich żadna siła polityczna. PO jest na to zbyt konserwatywno-prawicowa, a wyznaje je przecież większość Polaków mających dość Kaczyńskich i Giertycha. Odbyło się pierwsze większe spotkanie tych, którzy w tych sprawach myślą podobnie. Chciałbym, żeby na rocznicę wejścia do UE doszło do kolejnego. W końcu wykluje się coś nowego, powstanie nowa tożsamość.
„Gazeta”: Partia?
- Partia, koalicja albo jeszcze coś innego.
Tuż przed spotkaniem na Zamku były prezydent przemawiał do delegatów na odbywającym się w Warszawie kongresie Młodzieżówki Partii Europejskich Socjalistów (ECOSY). Nazwał Unię „fantastycznym projektem”. I przekonywał, że UE potrzebuje lewicy, bo to ona reprezentuje takie wartości jak demokracja czy tolerancja.
- Aleksander, chcemy, byś powrócił, byś znów rządził Polską i Europą - odpowiedział szef ECOSY Giacomo Filibeck.
Polityk SLD: - Kwaśniewski wystartował. Są przeszkody - najpierw taśmy Oleksego, potem osocze. Zobaczymy, jak daleko dobiegnie.
Et par ailleurs:
Kwaśniewski do młodzieży: Dajmy przykład lewicy świata
mig, PAP
319 words
2 April 2007Gazeta Wyborcza
Polish
© 2007, Gazeta Wyborcza, all rights reserved, for further information visit http://www.gazeta.pl [http://www.gazeta.pl]
Europa was potrzebuje, ponieważ to wy będziecie kontynuować dzieło ojców założycieli zjednoczonej Europy. Walczcie o swoje ideały, wartości, o lepszą Europę - apelował do kilkuset młodych działaczy lewicy z całej Europy były prezydent Aleksander Kwaśniewski podczas kongresu ECOSY w Warszawie.
Zakończony w niedzielę kongres ECOSY - Młodzieżówki Partii Europejskich Socjalistów (PES) współorganizowała młodzieżówka SLD - Federacja Młodych Socjaldemokratów (FMS).
Jak mówił na zakończenie Kongresu Kwaśniewski, sam jest politykiem, który swoją karierę rozpoczął w młodym wieku i jest dowodem na to, że młodzież może odnosić sukcesy. Były prezydent przekonywał, że Europa potrzebuje lewicy, ponieważ - jak mówił - to lewica reprezentuje najważniejsze wartości, takie jak demokracja, poszanowanie praw człowieka oraz praw wszelkich mniejszości, w tym również praw homoseksualistów.
"Mamy wielki potencjał, dajmy przykład lewicy świata" - wzywał Kwaśniewski. Podkreślił także znaczenie Unii Europejskiej jako "fantastycznego projektu" opartego na pokoju, dialogu i kompromisie. Przypomniał, że Unię stworzyły państwa, które kilkanaście lat toczyły ze sobą wojnę. Podkreślił także wagę ostatniego rozszerzenia UE, które pozwoliło m.in. Polsce stać się częścią zjednoczonej Europy. Apelował jednocześnie do młodzieży, aby dbała o to, by granice Unii zostały otwarte dla innych krajów, które chciałyby do nich dołączyć.
"Utrzymujcie kontakty z rówieśnikami z innych krajów, oni potrzebują waszej wiedzy i doświadczenia" - zachęcał młodzież Kwaśniewski. "Musicie być zdeterminowani, by pracować na rzecz demokracji, poszanowania praw człowieka, praw mniejszości, praw kobiet, tolerancji, rozszerzenia Europy, dobrej pozycji Europy w procesie globalizacji. Życzę wam wszystkiego najlepszego" - powiedział na zakończenie były prezydent, który za swoje przemówienie dostał gorącą owację.
"Aleksander, chcemy byś powrócił, byś znów rządził Polską i Europą dla przyszłych pokoleń" - odpowiedział Kwaśniewskiemu szef ECOSY Giacomo Filibeck. W trzydniowym kongresie ECOSY wzięli udział także m.in. były premier Danii a obecnie szef PES Poul Nyrup Rasmussen oraz dyrektor Światowej Organizacji Handlu Pascal Lamy.
Uczestnicy Kongresu wybierali też nowe władze ECOSY. Swe stanowiska na ponowną kadencję zachowali Filibeck i sekretarz generalny ECOSY, Polka Anna Skrzypek.
Document GAZWYB0020070402e34200017
A demain, si vous le voulez bien!