24 février 2007

My tailor is rich.



J'ai beau me dire que j'ai un niveau d'anglais à peu près acceptable, il y a en tout cas deux domaines dans lesquels je sais être parfaitement illettré: la médecine et la botanique.

Heureusement, je ne recule devant aucune expérience nouvelle pour élargir mon vocabulaire. Et hier, le bon docteur Steveny (prenez ça pour de la publicité gratuite si vous voulez, son cabinet est à l'angle de l'avenue des grenadiers et de l'avenue Guillaume Gilbert) m'a diagnostiqué... les oreillons. Donc, joignons l'utile au désagréable: oreillons, ça se dit "mumps".

Mais encore?

"Les oreillons sont une maladie infectieuse virale très contagieuse, touchant le plus souvent les enfants de 4-5 ans, surtout en période hivernale. Cette maladie est due à un paramyxovirus.
La transmission de l’infection se fait par la salive." Et plus loin: "La période d’incubation (entre la contamination et les premiers symptômes) dure environ 3 semaines"

Bon, les premiers symptomes sont apparus avec force hier. Et la transmission se fait essentiellement par la salive. J'aimerais pouvoir mettre ça tranquillement sur le dos de mon adorable petit cousin Ethan, mais ma soeur m'assure que la seule chose dont on puisse l'accuser pour le moment, c'est d'être un vecteur de la scarlatine. La liste des suspects n'en est que d'autant plus courte.

"L’infection donne une immunité solide : on ne fait la maladie qu’une seule fois dans sa vie." Alors, là, je suis catégorique, c'est de la vaste blague. C'est écrit en toutes lettres dans mon carnet médical: les oreillons, c'est bon, j'ai déjà donné. N'empêche que j'ai tout de même droit à une tête de hamster et, ce qui est moins spectaculaire mais plus sournois, à un risque d'orchite (in english: orchite).

1 commentaire:

Evelien a dit…

Bon courage Brian, j'ai eu cette maladie a douze ans, et à ce moment-là je peux me rappeler encore vif la douleur au cours bouger la bouche(pour quelqu'un qui bavarde comme moi vraiment une catastrophe ;-)).

Beaucoup d'amélioration!