13 février 2007

Magical Mystery Smet / Stib

Je crois que Pascal Smet est devenu fou. Ou alors au moins qu'il fait le fou. Ce n'est pas encore très clair.
En tout cas, pas moyen d'échapper à sa dernière campagne de pub, qui fleurit dans les couloirs du métro bruxellois comme le coquelicot sur la plaine de l'Yser. Au départ, une évidence: les transports en commun, c'est bien, mais si ça allait plus vite, ce serait tout de même mieux. Et qu'est ce qui fait que ça va pas aussi vite que Pascal le voudrait? Pas le manque de site propre bien sur: c'est la file à l'entrée des bus! Et pourquoi qu'il y a des files? Parcequ'il faut rendre la monnaie à tous ces ploucs qui ne savent même pas se payer un abonnement à l'année, bien entendu!
Donc, voila l'idée de génie: maintenant, si vous achetez votre billet dans le bus, c'est 2€. Parce que ça va évidemment plus vite de rendre la monnaie sur deux euros que sur un euro cinquante, évidemment. Ca crève les yeux, tout le monde sait ça. Supprimer l'entrée par l'avant ou rendre les transports en commun gratuits, ça ne risque certainement pas d'influencer sur la fréquentation ou sur la vitesse commerciale. Mais augmenter le tarif pour le type qui doit déjà prendre le bus pour se rendre à un point de pré-vente de billet, ça c'est balèze!
Bon, Pascal, sans rire, c'est tout ce que tu as trouvé pour nous faire gober une nouvelle augmentation des tarifs sur ton réseau? Tu te moquerais pas un peu de nous par hasard? Tu te souviens vaguement de ce que veut dire le S dans SP.A?
Et qu'est-ce qu'on apprend? Le retour de la chasse aux musicos qui font la manche dans les rames, sous prétexte qu'ils sont bruyants et que le métro est sale! Ca ne vous rappelle rien, non? Allez, Pascal, reviens sur terre, je préférais quand tu t'occupais de piscines à ciel ouvert...

4 commentaires:

Thomas a dit…

C'est idiot, le temps que le bus gagne en rendant la monnaie plus vite, il va le perdre au prochain feu rouge (qui peut-etre sera vert, mais comme un troupeau d'homo automobilis aura fait de son mieux pour completement bloquer le carrefour...).
Une meilleure idee serait peut-etre, comme tu le suggere, d'eviter que tout le monde fasse la file pour pointer dans la meme machine (la seule a l'avant), ou bien d'eviter que les gens n'aient a perdre du temps en payant: Vive la STIB gratuite!

Ou alors, une idee encore plus baleze: pourquoi perdre du temps a s'arreter tous les 600 m ? Pas d'arret entre les deux terminus, ca ca vous augmente une vitesse commerciale ! (deja, c'est quoi ce concept idiot de "vitesse commerciale" ?)

Alex a dit…

La gratuité n'existe pas ;-) .. il y aura toujours besoin de financer le transport public d'une façon ou d'une autre.

De plus, la gratuité des transports publics n'apporte que fort peu de solution en terme de transfert modal. Le choix du mode, et donc la diminution de l'emprise de la voiture, est surtout déterminée par les facteurs des fréquence, de qualité et d'accessibilité..bien plus que par le prix. Améliorer ces facteurs incitera bien plus les gens à prendre le bus.

Je ne crois pas que la gratuité devrait être généralisée à l'ensemble des usagers mais cibler certaines catégories pour qui la mobilité - qui est un droit fondamental que la collectivité doit garantir à tout un chacun - est hors de prix ou très difficile.

J'ai dis

Brian Booth a dit…

Alex, quand on parle de STIB gratuite, on pense évidemment à "pas de surcout pour l'usager" - il est évident que rien n'est gratuit en ce bas monde et certainement pas notre réseau de transports en commun bruxellois, qui bouffe à lui tout seul le tiers du budget régional. Le contribuable bruxellois paye déjà largement plus de deux euros pour le fonctionnement du réseau. Au minimum, on pourrait distribuer des abonnement à tous les habitants de la RBC.

Mais si la gratuité ne rend pas nécessairement le métro plus attractif, je continue de renvoyer à la seule info disponible (celle du collectif sans ticket, pas de bol la stib n'est pas super transparente quand il s'agit de ses comptes). Apparemment, l'apport financier que représente les tickets supporte à peine le système répressif lié à la non-gratuité, de l'impression des billets jusqu'aux frais de justice. Je veux bien que ça crée de l'emploi mais faut pas exagérer.

Par ailleurs, la dernière catégorie sociale qui ne dispose pas d'une aide pour l'accès aux transports en commun, ce sont les chômeurs!

Thomas, content de te lire, je n'ai pas encore eu le temps de répondre à ton mail mais je ne perds pas espoir d'avoir le temps de le faire ce week end. Ca gaze à Liverpool?

Alex a dit…

c'était bien sûr une boutade.

Pour ma part, je pense que l'idéal serait de faire supporter le coût de l'abonnement par les entreprises et non pas par la collectivité qui pourrait alors se concentrer sur les populations plus fragiles comme par exemple les chômeurs qui ont une nécessité abolue de se déplacer. On pourrait même imaginer la mise en place d'un péage urbain dont les bénéfices serviraient à l'amélioration de la qualité du réseau et des politiques redistributrices.

Pour ce qui est du taux de converture, celui-ci avoisinerait actuellement (si mes infos sont bonnes...) les 45 à 50%...