12 octobre 2012

Brêve de campagne - triste ironie

Hier, la majorité sortante distribuait dans toutes les boites de mon quartier un folder aussi riant qu'une lettre de conjoncture économique de Fortis. A force de graphiques, ils souhaitaient démontrer leurs résultats en matière de sécurité. 

Hier soir, un type a pris une bastos dans la jambe au bas de la rue Jean Jacquet, devant un des cafés les plus sympas du coin.

Y a des jours, on préfèrerait avoir tort... :-(

1 commentaire:

an muti a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.